h. glovelier / m. rebetez paris, 6 nov 2009/ mervelier 17 jan 2010

je ne dois plus compter
toutes ces heures
en attendant que rien n’arrive
ceci n’est pas un blues

je ne dois plus noyer
mes ennuis
dans un dernier verre de gin
cette chanson n’est pas un blues

trouvé une lumière juste après la pluie
qui scintille des reflets dans les ruelles endormies

trouvé ce courant d’air qui sait rendre heureux
qui chasse les nuages pour redonner au ciel son bleu

je ne dois plus cacher
mes matins
dans un ciel bariolé
ceci n’est pas un blues

je ne dois plus chasser
mes anges noirs
depuis qu’une femme m’a regardé
elle fait que ceci n’est pas un blues
cette chanson n’est pas un blues

elle est cette lumière juste après la pluie
qui scintille des reflets dans les ruelles endormies

elle est ce courant d’air qui sait rendre heureux
par le bleu du ciel qui sourit dans ces yeux

je ne dois plus porter
ces nuits lourdes
d’un homme sans racines
depuis qu’une femme m’a regardé
elle fait que ceci n’est pas un blues

non, cette chanson - n’est pas un blues