h. glovelier, m. martin

c’était une fois ailleurs
une lumière rose, une jeune fille
elle chantait dans la rue
une simple mélodie

à côté comme tous les soirs
un garçon en bas de l’escalier
entonne sur sa guitare
des accords spontanés

elle frissonne, il la regarde
un sourire arrête son pas léger
s’élève un air d'espoir
par-dessus les toits dorés

à l’ombre d’un paravent
les gestuelles fondent sur la peau de velours
le temps s'incline devant
le parfum de l'amour

c’était une fois ailleurs
deux amants à l’abri de la nuit
la plus belle de leur vie
pour une simple mélodie