h. glovelier / m. casanovas

j'entends le moteur bourdonner
sèchement la porte a claqué
les phares s'allument sans pitié
cruel, le crissement des graviers

derrière la fenêtre embuée
je te vois un moment hésiter
vaguement tes lèvres trembler
un long regard sans bouger

par toi, le désir reçois un visage

lentement tu passes à côté
et encore je peux t’effleurer
par la vitre à demi baissée
je savoure ta joue satiné

par toi, le désir dévoile un parfum

j'entends le moteur gronder
couvrir ton adieu susurré
et mes pas de s’accélérer
pour te voler encore un baiser

par toi, le désir devient sensuel
par toi, le désir se fait charnel

dis-moi si c'est vraiment interdit
de vivre comme le cœur nous en dit

mon désir porte ton nom

le rétroviseur emporte tes yeux mouillés
me laisse seul, à battre le pavé
regarder cette histoire se défaire
dans la couleur rouge sang des feux arrières